11 juillet 2015

La Vie Rêvée d’Ève T1, La fuite - Anna Carey

la vie rêvée d'eve

  • Présentation de l'éditeur 

USA 2032.
Seize ans après qu’un virus mortel a décimé la Terre, hommes et femmes vivent séparés.
Ève, 18 ans, n’a jamais quitté l’enceinte de son école. Elle pense qu’un avenir radieux l’attend, jusqu’à ce qu’elle découvre la terrible vérité : les jeunes diplômées sont enfermées dans une clinique où elles enchaînent les maternités pour repeupler le monde dévasté.
Horrifiée, Ève s’enfuit. Commence alors un voyage solitaire et périlleux à travers la Zone, où elle doit éviter les chiens sauvages et les hommes qui la terrifient.
Jusqu’au jour où elle rencontre Caleb, un jeune rebelle qui gagne peu à peu sa confiance… puis son coeur. Mais dans ce monde ravagé, l’amour est un luxe qu’Ève ne peut se permettre.
Sauf à le payer très cher.

  • Mon avis 

merci PKJ pour cette lecture 

La vie rêvée d’Ève est un roman sorti en 2011 et déjà a ce moment là, il me donnait envie sans pour autant vouloir me jeter dessus. 4 ans plus tard le voici enfin sortir en VF chez Pocket Jeunesse ce qui m’a ravi car j’allais enfin pouvoir découvrir ce roman qui traine dans ma liste d’envie depuis quelques temps. Mais après lecture je me rends compte que j’aurais peut d’être du craquer avant aujourd’hui.

Le monde dans lequel vit Ève est une Amérique du futur où monde entier a été dévasté par la peste et 98 % de la population a succombé à la maladie. Il ne reste que très peu de personnes vivantes, vivre est devenu très compliqué, mais Ève n’est pas mal lotie car elle a passé toute sa vie dans une école de filles où elle excelle dans tous et où elle va être diplômée et pouvoir avoir une grande carrière à l’extérieur. Enfin ça c’est ce qu’elle pense. Ce qu’elle découvre juste avant sa remise des diplômes c’est que les filles n’ont qu’une seule carrière possible : être mère porteuse pour repeupler la planète qui manque cruellement  d’habitants. Effrayée et dégoutée par ce destin sordide, Ève parvient à fuir. En sortant elle sait où elle doit aller, et en chemin elle fait la connaissance de Caleb un très charmant jeune homme qui a également fuit de l’école de garçon où il était, et qui sait comment vivre à l’extérieur. Au début très méfiante, elle se détend petit à petit et parvient à lui faire confiance et apprend même ce que c’est que d’aimer.

Ce qui m’a bien plu dans ce roman c’est l’univers dystopique que je trouve super. La terre dévastée c’est un classique mais le fait de séparer les filles est les garçons et que les filles ne servent qu’à une chose : mettre au monde la futur génération d’être humain, ca c’est sordide mais bien trouvé. Les filles ont appris toutes leur vie à craindre et à se méfier de la gente masculine et même si on n’a pas beaucoup d’éléments de réponses pour les garçons, je suppose que c’est à peu près la même chose. J’ai trouvé ca très bien pensé et plutôt original.

L’histoire en elle-même est plutôt sympa. Il y a un bon rythme puisque les évènements s’enchainent sans que l’on s’ennuie, la plume est simple mais accrocheuse, on a à faire à des personnages agréables même si Ève est une héroïne trop naïve et un peu nunuche sur les bords, et on ressent assez bien les émotions venant de Caleb et Ève qui ont une douce romance vraiment mignonne.

A la base je n’aurais pas eu grand-chose à reprocher à ce roman car c’est ce que j’aime beaucoup en général et ça a été le cas, en partie. Mon principal souci, qui est totalement personnelle et me surprends moi-même, c’est que ça m’a ramenée à l’époque où je lisais mes premiers YA (à l’époque Twilight) où plusieurs romans du même genre sont sortis et je me suis rendu compte que ce n’était plus le genre de YA que j’aimais, et que je recherchais plus de profondeur et d’émotion à présent. Ca m’a fait bizarre de me rendre compte de cela, et même si d’autres romans passent encore très bien, on sent une certaine différence pour d’autre roman (vous me suivez ? :p). Je suis persuadée que si j’avais lu ce roman au moment de sa sorti ou pas longtemps après, je l’aurais bien plus apprécié qu’aujourd’hui. J’ai muri dans ma façon d’apprécier le YA et je ne l’ai jamais autant ressenti qu’à travers cette lecture.  

Ce roman peut en plaire a beaucoup de monde j’en suis certaines, notamment les jeunes ados qui découvrent leur premier romans YA. Pour ma part j’ai bien aimé l’histoire mais (et ça me tue de dire ça)  c’est un roman qui n’est plus vraiment fait pour moi.  

Posté par Arrow_2206 à 15:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur La Vie Rêvée d’Ève T1, La fuite - Anna Carey

    Ce roman me tente bien alors pourquoi pas !

    Posté par Fantasybooksaddi, 11 juillet 2015 à 15:52 | | Répondre
  • Pourquoi pas je dirais, mais ce n'est pas une priorité ^^

    Posté par Milo, 21 juillet 2015 à 21:54 | | Répondre
Nouveau commentaire